logo acmp cgpm
le syndicat militaire

NL

FR

EN

Rechercher un délégué

Don de sang

06/05/2019

Le 3 mai 2019, la DG HR communiquait via le réseau intranet militaire que la réglementation en matière d’exemptions relatives au don de sang avait été négociée avec les organisations syndicales et sera adaptée. La raison de la modification du régime actuel trouve son origine dans la disparition du service militaire de transfusion sanguine à l’hôpital militaire, au profit d’un nouvel accord de collaboration avec la Croix-Rouge.

Le règlement sur le temps de travail (TRAVARB) détermine actuellement que le militaire est exempté de service le jour du don de sang effectué dans un centre militaire de transfusion sanguine et qu’il a droit, par ailleurs, à un jour supplémentaire d’exemption de service à prendre dans un délai de 30 jours après le don de sang. À l’avenir, le nombre d’exemptions de service sera limité au seul jour du don de sang auprès de la Croix-Rouge. Pour le don effectué dans un autre centre de transfusion sanguine reconnu, le militaire aura toujours droit à une exemption de service, limitée aux heures nécessaires au don et majorée de maximum deux heures pour la durée de déplacement. L’autorité affirme que la Défense doit se conformer à la réglementation qui est appliquée dans le monde civil.

Lors des discussions avec l’autorité, le syndicat militaire ACMP-CGPM a suggéré à plusieurs reprises que des solutions alternatives pouvaient être trouvées pour garantir au donneur militaire de ne perdre AUCUNE journée supplémentaire d’exemption de service. Après tout, pour le militaire il n'y a pas de différence entre donner du sang à un service militaire de transfusion sanguine ou le donner à la Croix-Rouge, qui à son tour constituera une banque de sang pour la Défense afin que notre personnel puisse toujours compter sur des stocks suffisants.

L’ACMP-CGPM a donné un avis défavorable sur cette modification du TRAVARB parce que, selon nous, cette nouvelle réglementation constitue à nouveau une élimination d’un acquis. Le ministre et l’état-major de la Défense reconnaissent, d’une part, qu’il faut œuvrer pour améliorer l’attractivité de notre métier mais, d’autre part, on profite de la disparition du service de transfusion sanguine pour supprimer encore une mesure favorable aux militaires et qui leur donnait satisfaction.

Le syndicat militaire ACMP-CGPM regrette que les trois autres organisations syndicales représentatives aient donné un avis favorable à ce dossier.


Back

sang2